Évaluation externe finale pour le projet « d’appui éducatif et psychosocial aux enfants et familles des communautés hôtes et réfugiées syriennes au Liban »

Évaluation externe finale pour le projet « d’appui éducatif et psychosocial aux enfants et familles des communautés hôtes et réfugiées syriennes au Liban »
DEADLINE: Tue, 02/28/2017
DESCRIPTION

I-            Asmae - Association Sœur Emmanuelle

 

  1. 1.    Présentation d’Asmae – Association Sœur Emmanuelle

Asmae est une ONG de solidarité internationale française spécialisée dans le développement de l’enfant. Indépendante, laïque et apolitique, elle est ouverte à tous.

Créée en 1980 par Sœur Emmanuelle sur la base de son expérience avec les chiffonniers dans les bidonvilles du Caire, Asmae poursuit son action dans le respect de valeurs et des méthodes héritées de sa fondatrice : écoute et proximité, pragmatisme, prise en compte des différences, professionnalisme et réciprocité.

L’action d’Asmae vise à soutenir les enfants vulnérables et leurs familles via l’accompagnement sur mesure et dans la durée des acteurs locaux qui travaillent dans les domaines de l’éducation et de la protection de l’enfance.

Aujourd’hui, Asmae soutient et accompagne des projets dans les domaines de l’éducation et de la protection de l’enfance qui sont portés par 53 organisations locales au Burkina Faso, Egypte, France, Inde, Liban, Madagascar, Mali et Philippines.

 

  1. 2.    Présentation d’Asmae au Liban

Asmae intervient au Liban depuis 1987 et a soutenu une dizaine d’associations depuis cette période, dont certaines sont encore aujourd’hui partenaires. L’organisation soutient techniquement et financièrement ces associations libanaises dans le cadre de leur intervention en faveur de l’enfance vulnérable. Depuis 2005, Asmae est représentée par un bureau local, dirigé par un représentant pays, permettant un lien plus étroit avec les partenaires.

Asmae - Association Sœur Emmanuelle a axé son travail sur l’éducation et la protection de l’enfance dans certains quartiers en difficulté de Beyrouth et a concentré le reste de son action dans des zones du Liban défavorisées, que ce soit du fait de leur enclavement géographique ou d’un isolement social se traduisant par des conditions de vies dégradées.

Ces régions sont aussi actuellement celles qui doivent faire face à l’afflux des réfugiés syriens. Asmae, en collaboration avec ses partenaires locaux y a développé des projets liés à la lutte contre l’échec scolaire, à la participation des jeunes et au soutien psychosocial.

 

II-          Description du projet à évaluer

  1. 1.    Contexte

A la suite du conflit syrien, le gouvernement libanais a choisi de laisser les frontières du pays ouvertes mais de ne pas ouvrir de camps pour accueillir les réfugiés. Ces derniers se sont installés dans un premier temps au sein des communautés, se concentrant dans certaines régions les plus pauvres du Liban. Les services d’éducation et de santé, déjà insuffisants auparavant, ont été rapidement débordés par la situation. Tous les logements disponibles sont surpeuplés si bien que les réfugiés ont commencé à s’installer dans des campements provisoires insalubres. En outre, la présence des réfugiés sur l’ensemble du territoire pèse sur la population et les municipalités et représente une source de tension qui est accentuée par la perception que l’aide internationale est destinée majoritairement aux réfugiés.

Face à cette situation, le gouvernement libanais en collaboration avec les agences humanitaires, économiques et de développement a défini lors de la réunion du Groupe de soutien international du 25 septembre 2013 une feuille de route fixant les prochaines étapes pour atténuer les répercussions du conflit syrien. Celle-ci a établi les principaux objectifs stratégiques suivants :

  • Restaurer et élargir les opportunités économiques et de subsistance, et créer un environnement favorable aux investissements du secteur privé ;
  • Restaurer et renforcer la résilience dans l'accès et la qualité des services publics de base durables ;
  • Renforcer la cohésion sociale.

Le MEHE en collaboration avec les Nations Unies a également développé un plan, Reaching All Children with Education, afin de permettre aux enfants libanais les plus vulnérables et aux syriens en âge d’être scolarisés d’avoir accès à l’éducation.

 

En parallèle de l’action du gouvernement libanais, l’Agence Française de Développement (AFD) a lancé en 2013 un appel à projets dans le cadre de la « Facilité Liban Jordanie », se proposant de subventionner des organisations non gouvernementales pour la réalisation de projets d’amélioration des conditions de vie des populations réfugiées et leurs communautés d’accueil, au Liban et en Jordanie. C’est en réponse à cet appel à projets que le programme d’appui éducatif et psychosocial aux enfants et familles des communautés hôtes et réfugiées syrienne au Liban est mis en œuvre depuis mai 2014.

 

  1. 2.    Description générale du projet

Depuis mai 2014, le projet d’appui éducatif et psychosocial aux enfants et familles des communautés hôtes et réfugiées syriennes au Liban est mis en œuvre par Asmae et ses deux partenaires, l’Association culturelle du Hermel (ACH) et l’Association Libanaise pour la Promotion Humaine et l’Alphabétisation (ALPHA), respectivement situées à Hermel au Nord de la Bekaa, et à Tebnine, au Sud du Liban.

Les deux zones ciblées par le projet au sud du pays (4 villages - Tibnine, Yater, Harris et Touline) et au nord (la ville de Hermel), sont situées en zones rurales reculées.

 

D’une durée totale de 3 ans, le projet, dont le montant global du budget est de 741 180€ (dont 534 115€ financés par l’AFD), se terminera le 30 juin 2017.

 

Les partenaires du projet sont les associations ACH et ALPHA :

ALPHA est une association active dans le sud du Liban depuis 2006. Au lendemain de la guerre des 33 jours, elle a mis en place un programme en faveur des enfants de 18 villages du Sud pour les aider à surmonter les traumatismes à travers des activités récréatives accompagnées de soutien psychologique. De très bons rapports avec les municipalités et l’ensemble des communautés locales ont permis la réussite de ce programme. Depuis mai 2013, l’association est engagée avec l’UNICEF en faveur des enfants syriens venus trouver refuge au sud du pays avec leurs familles. Dans le cadre du présent projet, ALPHA intervient sur les villages de Tebnine, Yater, Haris et Touline.

L’Association Culturelle du Hermel (ACH) promeut le respect des droits de l'homme et spécialement des enfants et adolescents à travers un projet de club des jeunes, contre la violence et pour l’éducation à la citoyenneté. Elle met en place différentes activités culturelles avec la municipalité de Hermel dont elle est un partenaire actif depuis sa création. Depuis 2007, elle a acquis une expérience de travail avec les réfugiés, d’abord irakiens, puis à l’occasion de collaborations avec des ONGI pour des programmes de soutien scolaire, d’activités extra-scolaires et psychosociales aux familles syriennes réfugiées au Hermel.

 

Objectif général :

 

Favoriser la cohésion sociale entre communautés hôtes et réfugiés syriens et l’intégration de ces derniers, par l’amélioration de l’accès à une éducation de qualité pour tous et à des services psychosociaux adaptés aux enfants et aux familles défavorisés et déracinés.


Objectifs spécifiques :

  1. Garantir un accès à une éducation de qualité pour les enfants syriens et libanais présents dans les villages d’intervention
  2. Diminuer les tensions intercommunautaires et les traumatismes par un accompagnement psychosocial adapté 
  3. Renforcer les compétences des différents acteurs gravitant autour des enfants dans les zones d’intervention (partenaires associatifs, municipalités, écoles, etc.)


Résultats attendus et activités menées :

 

Résultat 1 : Les enfants voient leurs acquis scolaires consolidés par un accès à une éducation de qualité dans un environnement apaisé et améliorent leurs relations aux autres.

A.1.1. Soutien scolaire pour les enfants syriens et libanais ;

A.1.2. Accompagnement psychosocial des enfants déracinés et en difficulté et mise en place d’activités ludiques, récréatives et artistiques pour les enfants ;

A.1.3. Participation des clubs de jeunes dans la conduite d’activités à destination des enfants ;

A.1.4. Formation à destination des enseignants (méthodes alternatives et méthodes pédagogiques) ;

A.1.5. Réaménagement de locaux/achat de matériels pédagogiques.

 

Résultat 2 : Les parents, sensibilisés à différentes thématiques comme la non-violence, l’adaptation à leur environnement, la prévention des conflits, acceptent mieux l’autre et vivent dans un environnement plus serein et respectueux.

A.2.1. Groupes de parole pour les parents sur l’acceptation de l’autre, les difficultés quotidiennes, etc. ;

A.2.2. Suivi familial et psychosocial des parents sur l’accompagnement scolaire et social de leurs enfants mais également sur leurs propres difficultés afin de rétablir leurs rôles de parents ;

A.2.3. Sensibilisation des parents à la violence par le biais de la mise en place de deux Comités de Protection de l’Enfance.

 

Résultat 3 : Les compétences des enseignants des écoles sont renforcées et le personnel des municipalités est sensibilisé pour contribuer à l’amélioration de la cohésion sociale au sein de leur territoire.

A.3.1. Sensibilisation des agents de la municipalité à la prévention des conflits, la gestion des comportements à risque et de la violence ainsi qu’à la gestion de situation de crise ;

A.3.2. Formation des enseignants à la prévention des conflits, la gestion des comportements à risque et de la violence ;

A 3.3. Formation et sensibilisation des enseignants à l’accompagnement d’enfant en difficulté (psychologique).

 

Résultat 4 : Les compétences des équipes des associations partenaires sont renforcées pour accompagner les enfants, parents et acteurs publics dans leur adaptation et intégration sociale.

A.4.1. Formation des moniteurs aux méthodes pédagogiques pour favoriser les apprentissages et les réussites adaptées au niveau des compétences des enfants

A.4.2. Formation des équipes à la prévention des conflits, la gestion des comportements à risque et de la violence ;

A.4.3. Formation et sensibilisation des équipes à l’accompagnement d’enfants en difficulté (psychologique) ;

A.4.4. Mise en réseau des partenaires et capitalisation des bonnes pratiques.

 

Impacts attendus :

-          Les enseignants, les agents municipaux et les équipes des associations ACH et ALPHA voient leurs capacités renforcées et leurs compétences diversifiées

-          L’échec scolaire est freiné et les enfants syriens et libanais sont durablement intégrés dans le système scolaire

-          Le bien-être des enfants est amélioré grâce à une meilleure prise en charge psychosociale

-          La cohésion sociale entre les communautés syriennes et libanaises est renforcée et les tensions diminuent.

 

Les bénéficiaires :

-          Bénéficiaires directs :

  • 500 enfants libanais et syriens entre 4 et 12 ans bénéficient des activités et du soutien scolaire dans les villages de Tebnine, Yater, Harris et Touline
  • 500 enfants libanais et syriens entre 7 et 12 ans bénéficient des activités et du soutien scolaire dans la ville d’Hermel.
  • 200 parents bénéficient du projet dans les villages de Tebnine, Yater, Harris et Touline ainsi que 200 à Hermel.
  • 30 enseignants dans les villages de Tebnine, Yater, Harris et Touline et 34 enseignants à Hermel bénéficient des formations et du soutien psychologique.
  • 25 membres des municipalités des villages du Sud et 21 membres de la municipalité de Hermel bénéficient des formations et sensibilisation.
  • Les 2 associations partenaires : 16 moniteurs et 10 animateurs

-          Bénéficiaires indirects :

  • Environ 3600 enfants libanais et syriens des écoles de Tebnine, Touline, Yater et Harris où les enseignants sont formés.
  • 600 enfants libanais et 600 enfants syriens de l’école de Hermel où les enseignants sont formés.
  • Plus de 3000 enfants de la région de Tebnine et 3000 enfants de Hermel bénéficient des évènements organisés au cours de l’année ainsi que 1000 parents dans chaque zone d’intervention.
  • 15 jeunes du Club de jeunes de Hermel et 25 jeunes du club de jeunes de Tebnine participent directement à la mise en place de certaines activités.

 

  1. 3.    Justification de l’évaluation

Cette évaluation est prévue dans le cadre du projet triennal (2014-2017) cofinancé par l’Agence Française de Développement. Elle concerne et intervient au terme du projet « d’appui éducatif et psychosocial aux enfants et familles des communautés hôtes et réfugiées syriennes au Liban ». Asmae  envisage l’évaluation dans un souci de démarche de qualité. Elle a pour objectif de :

-          Faire le bilan des activités réalisées et apprécier les résultats obtenus

-          d’apprécier les impacts du projet

-          Formuler des recommandations en vue d’améliorer les actions et de bâtir de nouveaux projets

 

III-        Contenu du travail de l’évaluation

 

  1. 1.    Résultats attendus de l’évaluation

La mise en œuvre du l’évaluation finale du projet d’appui éducatif et psychosocial aux enfants et familles des communautés hôtes et réfugiées syriennes au Liban a pour objectif de mesurer l’efficacité, l’efficience et la viabilité du projet mis en œuvre. L’évaluation finale permettra d’évaluer les résultats obtenus ainsi que les impacts du projet sur les bénéficiaires. Elle mettra en exergue les leçons tirées de la mise en application des activités du projet et elle formulera des recommandations.

 

a)    Bilan global du projet depuis son démarrage

Il s’agira d’établir un bilan global au regard des objectif initiaux et des actions réalisées dans le cadre du projet depuis son démarrage. Cette étape doit permettre de disposer d’une connaissance précise et détaillée du projet, de son évolution et de son contexte. A cet effet, il est nécessaire de :

  • Rassembler et consulter toutes les informations et tous les documents relatifs au projet évalué, et étudier le cadre logique de l’intervention (finalité, objectifs spécifiques, réalisations, indicateurs de suivi et hypothèses critiques) de manière à en acquérir une bonne connaissance.
  • Les documents à consulter seront les suivants :

-          Le proposal du projet

-          Le cadre logique contenant les indicateurs du projet

-          Le budget prévisionnel initial et le budget prévisionnel révisé

-          Les rapports techniques annuels du projet

  • Conduire des entretiens avec les personnes impliquées ou ayant été impliquées dans la conception, la gestion et la supervision du projet

 

b)    Analyse évaluative

Il s’agira d’évaluer le projet à partir notamment des critères suivants :

  • la pertinence du projet : les objectifs de l'action de développement correspondent-ils aux besoins et priorités sectoriels du pays, aux politiques des partenaires et des bailleurs de fonds ? Dans quelle mesure le projet répond aux besoins et demandes des bénéficiaires directs et indirects ? Quels sont les changements visibles apportés par le projet, en particulier pour les bénéficiaires indirects ? Comment les modalités de mise en œuvre du projet s’adaptent aux contraintes identifiées (législation, sécurité, facteurs socio-économiques, etc.) et aux évolutions du projet ?
  • l’efficacité globale du projet : les objectifs de l’action de développement ont-ils été atteints ?
  • l’efficience du projet : les ressources (fonds, expertise, temps, etc.) ont-elles été converties en résultats de façon économe ? Est-ce que la méthodologie d’intervention proposée dans le cadre du projet permet d’atteindre les résultats attendus au meilleur coût ? Est-ce que le système de monitoring est pertinent et adéquation avec le cadre logique ? Est-ce que les effets du projet sont évalués, et permettent des ajustements si nécessaire ?
  • l’impact du projet : quels sont les effets à long terme, positifs et négatifs, primaires et secondaires, induits par cette action de développement, directement ou non ? Présenter l'impact de ce projet en se fondant sur une analyse systématique des résultats quantitatifs et qualitatifs atteints 
  • le degré de viabilité/durabilité ; les bienfaits de ces actions ont-ils des chances de perdurer une fois que le donneur aura achevé de les financer ?
  • Evaluer l’implication des différents acteurs parties prenantes du projet et formuler des recommandations en prévision de leurs futures actions 
  • la qualité des activités menées : formuler des recommandations pour de futures actions d’Asmae dans les domaines de l’éducation et de la protection de l’enfance 
  •  

Ces objectifs serviront de base pour l’élaboration du cadre d’évaluation. Les objectifs pourront néanmoins évoluer au cours de la mission, en lien avec les échanges qui se tiendront avec l’équipe-projet, ce qui pourrait apporter certaines modifications au cadre général de l’évaluation.

Ces objectifs devront permettre de déboucher, dans le rapport, sur la rédaction de conclusions, recommandations et enseignements à tirer.

 

-          Les conclusions

Il s’agira pour les évaluateurs de parvenir à des conclusions explicitées de façon claire (par type d'action, d'acteur...) et de décrire les moyens utilisés pour arriver à ces conclusions évaluatives. Ces conclusions devront notamment tenir compte des questions suivantes :

  • Les conclusions répondent-elles clairement aux questions des TDR ?
  • Quelles ont été les forces et les faiblesses du projet ?
  • Quelles sont les causes des écarts par rapport aux activités et résultats initialement prévus ?

 

-          Les recommandations

Il s’agira pour les évaluateurs de formuler des recommandations réalistes sur la base des résultats de l’action et de l’analyse du contexte du projet évalué. Les recommandations devront contribuer à améliorer la qualité des futures actions qui seront menées sur le terrain auprès des bénéficiaires. Ces recommandations devront tenir compte des questions suivantes :

  • Quelle(s) conclusion(s) induisent quelle(s) recommandation(s) ?
  • Comment les atouts (ou forces) du projet peuvent être consolidées ?
  • Dans quelle mesure les difficultés (ou faiblesses) du projet auraient pu être résolues ?
  • Quelle est la hiérarchie des préconisations, selon leur importance ?
  • Quelles sont les recommandations d’ordre stratégique et celles d’ordre opérationnel ?

 

-          Les enseignements à tirer

Il s’agira pour les évaluateurs de tirer des enseignements à caractère plus général pouvant être étendus à d’autres actions (au niveau sectoriel, opérationnel, technique, institutionnel, ou permettant d’envisager différentes options stratégiques, etc.) à partir des conclusions et des recommandations de l'évaluation.

 

  1. 2.    Méthodologie

 

Il est attendu du consultant qu’il procède à une évaluation participative avec l’ensemble des parties prenantes du projet : les partenaires d’Asmae, les bénéficiaires du projet, les municipalités des villages et villes de mise en œuvre du projet, ainsi que l’équipe projet d’Asmae.

 

La méthodologie attendue devra inclure le rassemblement des informations nécessaires au processus d’évaluation, la réalisation d’une enquête de terrain composée d’entretiens avec les bénéficiaires et les partenaires et d’observations menées par l’évaluateur. Le consultant devra par la suite produire une première version du rapport qui sera présentée à Asmae et à ses partenaires pour être soumis à discussion. Un rapport final sera enfin élaboré par l’évaluateur et présenté à Asmae et à l’Agence Française de Développement. Le cas échéant, ce rapport fera l’objet d’une restitution orale.

 

  1. 3.    Durée et calendrier

 

a)     Principales étapes de l’évaluation

 

Durée totale maximale de la mission : 2 mois avec un début mi-mars (entre la réunion de cadrage avec le comité de pilotage et la remise du rapport final validé par le comité de pilotage).

Le rapport final devra être soumis au plus tard mi-mai 2017.

 

 

Sem 1

Sem 2

Sem 3

Sem 4

Sem 5

Sem 6

Briefings et rapport de démarrage (affinage des TDR, méthodologie et grille d’analyse)

X

       

 

Mission terrain dont :

–        Draft de rapport d’évaluation

–        Atelier de restitution

   

X

X

X

 

 

x

 

–        Rapport d’évaluation finalisé

 

       

x

 

Lors du briefing de début de mission, les points suivants seront abordés :

-          Présentation du cadre initial du projet et des évolutions du contexte

-          Natures des activités préliminaires de la mission (prise de connaissance des documents du projet, des partenaires …)

-          Calendrier et détails de la mission terrain

-          Calendrier des différentes restitutions à effectuer

 

  1. 4.    Les livrables


Rapport préliminaire

Un rapport préliminaire sera demandé aux évaluateurs. Celui-ci devra comporter :

  • des éléments relatifs au bilan de l’action évaluée : cadrage et contexte de l’action de coopération, données chiffrées.

Il devra attester d’une première exploration des documents d’archives et présenter les entretiens réalisés ;

  • la définition d’une méthodologie ;
  • un programme de visites ;
  • un calendrier prévisionnel mis à jour.

Rapport provisoire

Un rapport provisoire sera remis par l’évaluateur dans les 15 jours suivant les visites terrain. Ce rapport présentera l’intégralité du travail réalisé par les évaluateurs en application des termes de référence. Il fera l’objet d’une analyse détaillée et d’observations par le commanditaire et les parties concernées. Ce rapport sera rédigé en français et devra être remis en version électronique. Il devra reprendre les objectifs de l’évaluation, une présentation des questions évaluatives et comprendra les recommandations formulées par l’évaluateur et les retours sur l’expérience de l’évaluation : limites, risques, opportunités et recommandations.

Rapport définitif

Après avoir pris connaissance des éventuelles observations du comité de pilotage, et au plus tard dans les 10 jours après ces observations, et des demandes d’informations complémentaires et de modifications adressées par le commanditaire, le rapport final sera remis à Asmae. Ce rapport définitif d’évaluation devra prendre en compte les remarques et questions d’Asmae après la lecture de la version provisoire. Il devra être rédigé en français.

Synthèse du rapport définitif

Il sera demandé aux évaluateurs de rédiger une synthèse, ainsi qu’une présentation en format PPT intégrant les éléments suivants :

  • Rappel des objectifs de l’évaluation
  • Présentation des questions évaluatives
  • Présentation des conclusions de l’évaluation et des réponses apportées aux questions évaluatives
  • Présentation des recommandations
  • Présentation des enseignements à tirer

 

Une présentation orale des principales conclusions et recommandations de l’évaluation sera organisée.

Modalités de transmission des livrables

Les livrables seront transmis au format électronique (rapports intermédiaire et final), et sous format papier en 3 exemplaires pour le rapport final.

Propriété du rapport et confidentialité

Le rapport d’évaluation externe est la propriété de ses commanditaires (Asmae).

L’évaluateur externe est soumis à une obligation de confidentialité concernant l’ensemble des informations et documents dont il pourrait avoir connaissance dans l’exercice de sa mission. Il protègera les informations recueillies et ne pourra pas les utilises pour en retirer un bénéfice quel qu’il soit.

Modalités de pilotage de l’évaluation

Le suivi du travail d’évaluation sera assuré par un comité de pilotage ad hoc, qui sera composé de la chargée de projet d’Asmae, de la responsable géographique pour la zone MONA, du responsable projets & partenariat, de la chargée de cofinancement et de la conseillère technique éducation d’Asmae ainsi que d’une personne référent chez chaque partenaire. Il se réunira et échangera avec les évaluateurs en fonction des besoins.

Une réunion de cadrage en début d’évaluation et une réunion de débriefing à la remise du rapport final seront organisées avec la participation du comité de pilotage et des évaluateurs.

 

  1. 5.    Processus de sélection du consultant

 

a)     Compétences recherchées

 

L’évaluateur sera responsable de la bonne réalisation de l’évaluation. Il devra présenter les compétences suivantes :

-          Très bonne connaissance théorique et pratique des techniques d’évaluation de projet (cycle de projet, Gestion Axée sur les Résultats,...) ;

-          Très Bonne connaissance des outils de mise en œuvre et de suivi des projets de développement ;

-          Excellente connaissance du contexte politique, social et culturel de Liban ;

-          Bonne connaissance des problématiques éducatives et psychosociales, notamment dans leur articulation avec la question de la crise syrienne et des réfugiés syriens au Liban ;

-          La bonne connaissance des règles de bailleurs de fonds institutionnels, en particulier de l’Agence Française de développement, est un atout.

-          Excellente maîtrise du français ou de l’anglais et de l’arabe (oral/écrit). Il est à noter que les entretiens avec les bénéficiaires et autres parties prenantes se feront en arabe.

 

b)    Condition de soumission des offres

 

Les candidats sont priés d’introduire leur dossier reprenant les éléments suivants en langue française ou anglaise :

-          Une proposition technique qui comprend :

  • Une note de compréhension des TdR et de présentation de la méthodologie utilisée (5 pages max.) 
  • le CV détaillé de la/ des personne/s proposée/s pour réaliser l’évaluation, mettant en lumière les expériences similaires des évaluateurs et les évaluations déjà réalisées (des exemples de rapports d’évaluations similaires menées seraient appréciés) ;
  • un plan d’action avec chronogramme prévisionnel d’intervention ainsi qu’une estimation des charges en hommes/jours

-       Une proposition financière comportant le budget global (Hors Taxe et Toutes Taxes Comprises) en dollars et les prix détaillés (honoraires, indemnités journalières, frais de transport, etc.).

 

Les propositions techniques seront évaluées sur la base de leur conformité aux termes de référence, à l’aide des critères d’évaluation suivants :

-       Références du consultant

-       Compréhension des TDR et méthodologie proposée

-       Qualification, expérience et cohérence de l’équipe proposée

-       Proposition financière

 

c)     Aspects financiers

Le budget de l’évaluation est fixé à 6 600 dollars TTC maximum (coûts directs et imprévus inclus). Ce budget inclut également les per diem et les déplacements pour les évaluateurs-trices.

 

Il est demandé aux évaluateurs-trices de faire dans leur offre une proposition budgétaire détaillée. Il est également demandé aux évaluateurs d’y préciser la répartition des jours de travail entre les différentes phases de l’évaluation (en lien avec leur proposition de méthodologie).

 

Les évaluateurs peuvent proposer des solutions de sous-traitance, mais ces montants devront rester dans l’enveloppe globale prévue pour l’évaluation. Ils peuvent également proposer une évaluation à plusieurs à condition que le rôle de chacun soit précisé.

 

d)    Echéance du processus

 

Les offres devront parvenir au plus tard le 28 février à l’adresse émail suivante : evaluation.liban@asmae.fr

avec la mention « évaluation finale Liban – projet d’appui éducatif et psychosocial ».

 

Le processus de sélection de l’évaluateur se déroulera au mois de mars 2017. Le cas échéant, des entretiens pourront être tenus avec les cabinets/ évaluateurs short-listés à l’issue de la première phase de sélection. La mission débutera au mois de mars 2017 pour un rapport final soumis mi-mai 2017.

 

 

RELATED DOCUMENTS: